Accueil‎ > ‎

Actualités

Note Info74 - Damien PIQUERAS - A propos de la reconversion des rameurs.

publié le 16 juin 2018 à 04:08 par AIA Rameurs-Tricolores   [ mis à jour : 16 juin 2018 à 04:09 ]

Damien Piqueras
Nous remercions le Comité Départemental d'Aviron de Haute-Savoie de nous autoriser à publier ce très intéressant éditorial paru dans sa note d'information n°15 du mois de juin 2018 et proposé par Damien Piqueras (international poids-légers double champion du monde en 4X et récemment retraité). La question de l'accompagnements athlètes vers leur reconversion et de cette reconversion est clairement soulevée.

Je n’ai jamais eu la plume fine, et pour moi écrire un édito est une vraie épreuve ( je crois que je préfère encore faire un test ergo .) 

Toutefois si, après 8 mois un peu déconnecté du monde de l’aviron, je devais parler de ce sport, ce serait pour sensibiliser les jeunes, les entraineurs et aussi des professionnels à la « reconversion » des rameurs. 

Pour moi celle-ci se prépare dès l’entrée dans les études supérieures. Les entraineurs de club se confrontent de plus en plus à des jeunes rameurs qui font le choix des études après le bac, au détriment de la compétition et du haut niveau. Un peu comme si ces deux mots étaient antagonistes... 

Je ne vais pas vous citer le parcours professionnel de l’ensemble des rameurs de l’équipe de France sur ces dernières années ( j’aurai peur
d’en oublier), mais il y avait de tout : kinés, ingénieurs, ergothérapeute, entraineur, médecin, école de droit, de commerce, technicien supérieur... bref, rare sont ceux qui n’ont pas passé quelques heures à réviser durant les stages. Preuve que ce double projet est possible. 

Oui mais voilà, les cadets, juniors, n’y sont aujourd’hui pas assez sensibilisés. Si nous souhaitons les voir évoluer en sénior, il faut le plus tôt possible leur expliquer les démarches à suivre pour intégrer un cursus « aménagé » et arriver à leur faire comprendre que cela est clairement un plus dans le monde professionnel. Je pense parfois la question si ce ne serait pas les parents des rameurs qu’il faudrait sensibiliser à ces possibilités. 

Quoi qu’il en soit, avec du recul je trouve (pour l’avoir vécu) que l’on n’est pas assez informés sur ces éléments. 

Puis vient le temps de parler de l’intégration du rameur (pendant sa carrière) dans le monde professionnel. C’est là un sujet compliqué sur lequel il faudra se pencher dans les années à venir sous peine de voir un à un les meilleurs internationaux ranger les pelles. 

L’aviron et les études m’ont énormément apporté et m’ont permis de vivre des expériences mémorables et je souhaite que d’autre gamin puisse un jour vivre les mêmes. 


PALMARÈS
  • 2017 1er en quatre de couple poids léger (LM4x) au Championnat du Monde à Sarasota (USA)
  • 2016 2e en quatre de couple poids léger (LM4x) au Championnat du Monde à Rotterdam (Pays-Bas)
  • 2015 1er en quatre de couple poids léger (LM4x) au Championnat du Monde à Aiguebelette (France)
  • 2014 16e en skiff poids léger (LM1x) au Championnat du Monde à Amsterdam (Pays-Bas)
  • 2013 2e en deux de couple poids léger (BLM2x) au Championnat du Monde des moins de 23 ans à Linz (Autriche)
  • 2012 2e en quatre de couple poids léger (BLM4x) au Championnat du Monde des moins de 23ans à Trakai (Lituanie)
  • 2011 2e en deux de couple poids léger (BLM2x) au Championnat du Monde des moins de 23ans à Amsterdam (Pays-Bas)
  • 2009 10e en quatre de couple (JM4x) au Championnat du Monde Junior à Brive-la-Gaillarde (France)

Un bidon Rameurs Tricolores pour nos juniors aux championnats d'Europe

publié le 28 mai 2018 à 09:18 par AIA Rameurs-Tricolores   [ mis à jour : 28 mai 2018 à 09:23 ]

ERJCH2018-Gravelines : Lucine Ahyi et Clara Valinducq championns d'Europe juniores en 2 de couple.
Pendant plusieurs années, l’Association des Internationaux d’Aviron avait pris l’habitude de distribuer aux rameuses et aux rameurs des équipes de France le bidon « Rameurs Tricolores ». Ce bidon a désaltéré avec bonheur les plus grands et pendant plusieurs saisons.

Cette année, la FFA a accepté de l'intégrer au package des jeunes pour les championnats d’Europe juniors de Gravelines. Preuve en est avec ces photos de Lucine Ahyi et Clara Valinducq, championnes d’Europe en deux de couple féminin, ou encore avec Pauline Rossignol, rameuse du deux sans barreur féminin qui s’est classée avec Juliette Lunatti à la 7ième place européenne.

ERJCH2018-Gravelines : Pauline Rossignol (2- juniores féminines) 7ième aux championnats d'Europe juniores.
Par ce bidon, notre volonté est de montrer à nos champions qu’entrer en Equipe de France d’Aviron, c’est aussi faire partie d’une grande famille, et pour très longtemps, y compris après sa carrière. 

Notre association s'est fixé pour objectif d’aider les jeunes. Notamment, nous attribuons sur dossier notre Bourse Aspirant Champion à plusieurs jeunes chaque année depuis 2005. Cela permet d’apporter quelques moyens à ces jeunes en situation sociale ou économique difficile et leur permettre ainsi de continuer plus sereinement la pratique de notre discipline. 


Depuis 2005, l'AIA a attribué 33 bourses de 500 à 600 euros, soit au total plus de 17 000 euros. 

Avec la conjoncture économique actuelle, il y a certainement une personne au sein de votre club/ligue dont les parents rencontrent des soucis économiques. 
Alors, n’hésitez pas à faire circuler cette information. La “Bourse Aspirant Champion” peut aider à la pratique de notre sport préféré en finançant tout ou partie de la saison sportive.

Vous connaissez quelqu'un qui pourrait en bénéficier de notre bourse, n'hésitez pas à lui en parler.


Jusqu’en 2016, cette bourse fut financée par la Fédération des Internationaux du Sport, sur base d'une dossier proposé par l’AIA. Depuis 2017, la bourse est financée sur les fonds de notre association. Ces fonds sont apportés par les adhésions (anciens internationaux, mais aussi anciens entraineurs et arbitres internationaux, voire par des sympathisants) et par des dons.

La médaille d’or obtenue en deux de couple juniors par Lucine Ahyi  est pour nous aussi une récompense, puisqu’elle avait bénéficié en 2017 de notre Bourse Aspirant Champion, avec 3 autres jeunes.

 
 
 
Poznan (POL) - Championnats d'Europe 2015 - Azou-Delayre utilisent la groude AIA

Retours sur notre Assemblée générale 2017

publié le 24 mars 2018 à 08:21 par AIA Rameurs-Tricolores   [ mis à jour : 25 mars 2018 à 04:25 ]

Diner après l'AG 2017 avec Catherine Guilleret, Bertrand Vecten, Henri Hélal, Philippe Fauveau, Christine Lallemand, Sylvie Matthews, Myriam Lamolle, Michel Prudhon, Alain Bouffard et Daniel Forget (photo Anne Tollard-Nottelet)
Notre assemblée générale annuelle concluait l'année 2017 à Vincennes ce 15 mars 2018. L'ordre du jour prévu au programme a été entamé à 19H00 pour se terminer à 22H30. 
  • Approbation du procès‐verbal de l’Assemblée Générale 2017
  • Rapport moral de la Présidente, Myriam Lamolle
  • Rapport de la Secrétaire Générale, Catherine Guilleret
  • Rapport financier du Trésorier Général, Alain Bouffard
  • Rapport du Vérificateur aux Comptes, Henri Hélal
  • Approbation des rapports et quitus

  • Présentation du budget 2018

  • Montant des cotisations 2018 
  • Renouvellement des Membres du comité directeur 
  • Nomination du vérificateur aux comptes
  • Questions diverses 
Le procès‐verbal de l'année 2017 a été approuvé, ainsi que les rapports prévus en AG. 

Les points importants à retenir de cette AG 2017 sont les suivants :

  • Une pensée aux personnes décédées l'an dernier suivie d'une minute de silence :
    • Jacques DOUARD – Championnat d’Europe 1959,
    • Claude MARTIN – Vice‐Champion Olympique Rome 1960,
    • Annick GRIMAULT – Championnat d’Europe 1969.
  • Le transfert de présidence entre Bertrand Vecten et Myriam Lamolle s'est parfaitement déroulé et a permis la continuité du fonctionnement de notre association.
  • Le principal projet de l'année 2017 a été la réalisation du livre photos pour Eberhard Mund. Ses remerciements ainsi que ceux de Denis Masseglia nous ont particulièrement touchés. L'année 2018 consistera à mettre en ligne les nombreux témoignages obtenus, et à produire un livre plus complet d'ici la fin de l'année.
  • Bourse pour ramer : Le désengagement de la FISF sur la Bourse pour ramer nous a obligé à auto‐financer cette bourse indispensable aux jeunes rameuses et rameurs aidés par notre bourse. 
    • Le corollaire de cette bourse a été la jeune juniore de la SN Haute‐Seine Lucine Ahyi qui a décroché 2 titres aux Championnats de France Indoors à Charléty cette année,
    • Nous allons nous pencher sur les différentes formes d'aides et une utilisation plus poussée de la plateforme HelloAsso pour compléter le financement de nos actions,
    • La bourse totalement financée par l'AIA se nommera désormais "La Bourse Aspirants Champions".
  • L'objectif de fédérer le maximum d'Internationaux ou sympathisants par l'augmentation des adhérents nous permettrait de financer nos souhaits d'actions pour cette année 2018.
  • Le montant de l'adhésion n'ayant pas été modifié depuis très longtemps, il est décidé à l'unanimité de passer le montant de celle‐ci à 24€ à partir de 2019 et pour 2024". 
  • Tous les membres du comité en renouvellement ont été réélus.
  • Antoine Jesel (médaillé olympique à Rio) rejoint notre comité.
  • Daniel Forget cède son fauteuil de vice‐président à Patrick Bosdeveix 
  • Notre opération "Bidons Rameurs Tricolores" sera renouvelée en 2018, sans doute vers les catégories U23 et juniors.

  • L'AIA participera au diner organisé par Julien Després lors des championnats de France bateaux courts à Cazaubon du 13/15 avril prochain. 
Rendez-vous est donnée à tous les participants pour l'assemblée générale 2018 en début d'année prochaine.

La soirée s'est terminée par un diner permettant de prolonger les échanges et de commencer à réfléchir aux projets 2018.

              Diner après l'AG 2017 avec Daniel Forget, Anne Tollard-Nottelet, Catherine Guilleret, Bertrand Vecten.                                  Diner après l'AG 2017 avec Catherine Guilleret, Bertrand Vecten et Henri Hélal.

Les membres du comité sont :
  • Présidente :  Myriam LAMOLLE
  • Président d'honneur : Philippe Fauveau
  • Vices présidents :
    • Patrick Bosdeveix,
    • Sylvie Matthews,
    • Bertrand Vecten
  • Secrétaire générale :  Catherine Guilleret
  • Trésorier général :  Alain Bouffard
  • Membres du comité :
    • Philippe Fauveau,
    • Daniel Forget,
    • Antoine Jesel,
    • Benjamin Lang,
    • Corinne Meadmore,
    • Anne Nottelet-Tollard,
    • Michel Prudhon

Plus nous serons nombreux, plus nos actions seront efficaces.

Venez rejoindre l'AIA ou faites un don.

Que vous ayez été international, entraîneur international ou arbitre international, vous pouvez rejoindre notre Association des Internationaux d'Aviron soit en adhérant à l'association, soit en faisant un don. Votre participation nous permettra d'aller encore plus loin dans nos actions.
Pour cela, cliquez sur ce lien : http://www.rameurs-tricolores.fr/home/tout_philosophie-aia/adhesionalaia

Et si vous êtes déjà adhérent, vous pouvez renouveler votre adhésion pour l'année 2018 en cliquant sur ce lien : http://www.rameurs-tricolores.fr/home/tout_philosophie-aia/adhesionalaia

Février 2018, 10 années de « rameurs-tricolores.fr »

publié le 5 févr. 2018 à 01:56 par AIA Rameurs-Tricolores   [ mis à jour : 5 févr. 2018 à 02:27 ]

Voilà 10 ans, en février 2008, que Bertrand Vecten, alors Président de l’Association des Internationaux d’Aviron, et Patrick Bosdeveix (responsable du site Internet et des réseaux sociaux) mettaient en ligne le premier site Internet de l’AIA www.rameurs-tricolores.fr.

L’idée initiale était assez simple :
  • Promouvoir notre association et ses actions,
  • Mieux faire connaître les rameuses et les rameurs des équipes de France d’aviron d’hier, d’aujourd’hui et de demain, et bien au-delà de leurs seuls résultats sportifs, montrer des femmes et des hommes, leurs réussites dans la vie en s’appuyant sur les acquis d’une belle carrière sportive, leurs difficultés aussi.
  • Combler le manque de mémoire de ce qu’ont été nos équipes de France d’aviron, ceci à partir de notre album photos unique initié par Monique Coupat puis avec le palmarès des équipes de France depuis 1896 créé par Sylvie Matthews puis complété par Patrick Bosdeveix.
A l’approche des Jeux Olympiques de Pékin de 2008, le fil conducteur de cette longue histoire était tout trouvé pour porter nos premières actualités.

La structure de notre site a assez peu varié en 10 ans. Certes les évolutions technologiques nous ont aidé à franchir les années avec un meilleur confort d’utilisation pour nos lecteurs internautes, plus de disponibilité et moins de soucis techniques.


Hormis nos  « Actualités » dont les nouvelles « fraiches » ont glissé depuis quelques temps sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, les rubriques d’origine ont peu varié et accompagnent toujours nos actions, prolongeant ainsi la mémoire de nos valeureux internationaux, qu’ils soient rameuses, rameurs, barreuses et barreurs, enrichis depuis 2017 des arbitres et des cadres techniques internationaux.

Quelques exclusivités Rameurs Tricolores

Une « Revue de presse des internationaux  d’aviron», unique sur les réseaux sociaux

Le développement de la presse sur le web et l’approche des Jeux Olympique de Pékin aidant, une page de revue de presse quasi quotidienne fut mise en ligne dès 2008 sur le site www.rameurs-tricolores.fr. Nous proposions l’accès aux articles parlant des rameuses et rameurs de nos équipes de France d’aviron. Unique en son genre, nos publications recueillaient rapidement un nombre considérable de consultations (jusqu’à 800 connexions par jour pendant les J.O. de Pékin).
L’arrivée des réseaux sociaux simplifiant les choses, la rubrique s’ouvrait à un auditoire plus dynamique, plus large et plus ouvert. Nous l’avons donc transférée sur nos pages Facebook puis sur notre compte Twitter, nous permettant ainsi d’informer aujourd’hui jusqu’à plusieurs milliers de lecteurs, selon les sujets.

Le « Palmarès détaillé de l’Aviron Français depuis 1896»

Ce palmarès liste la presque totalité des équipages français depuis 1896, nous rappelant les résultats des rameuses, rameurs, barreuses et barreurs (soit plus de 2000 athlètes) ayant participé à un championnat FISA sous les couleurs des équipes de France, ceci depuis plus de 120 ans.

C’est sur une idée de Sylvie Matthews qui compilait alors, avec l’aide du secrétariat de la FFA, tous les résultats français dans le journal « Aviron » de 1896 à 2002, que nous avons mis en ligne au printemps 2008 le « Palmarès de l’Aviron Français depuis 1896 ». Le relais fut ensuite pris par Patrick Bosdeveix sur la base des résultats mémorisés sur le site de la Fédération Internationale des Sociétés d’Aviron, « Worldrowing.com », et enrichi du livre « Aviron et rameurs de France » de Jean-Pierre Drivet, ce qui donne aujourd’hui cette version détaillée très complète et actualisée au fil des championnats. Et nous l’avons enrichie en 2017 des catégories juniors et seniors U23.  On n’oubliera pas l’appui de quelques passionnés qui nous complètent et apportent de leurs corrections permettant de proposer ce document unique. 

Ce palmarès peut être consulté depuis notre site, par année ou par athlète (http://www.rameurs-tricolores.fr/Palmares).


Un classement en nombre de médailles a été ajouté en 2014. En 2017, il a vu Jérémie Azou (période 2006 à 2017 avec 13 médailles dont un titre olympique) prendre la première place, devant Jean-Christophe Bette (période 1998 à 2012 avec 12 médailles dont un titre olympique) et Gaston Delaplane (période 1905 à 1912 avec 12 médailles). 
Les noms et les périodes cités montrent que les résultats de ce classement ne sont pas réellement comparables. L’évolution du nombre de catégories (championnats du monde, d’Europe, TC, U23 ou juniors) au fil des années donne un avantage certain en nombre de médailles aux athlètes d’aujourd’hui par rapport à nos « anciens » qui n’ont pas connu les championnats du monde.  L’objectif futur d’établir un véritable classement des athlètes dans l’histoire de l’aviron est-il envisageable ? Nous y pensons.


Notre idée avec notre « Album photos » était de créer la mémoire photographique de nos équipages, que ce soit en course, à l’entrainement, sur l’eau ou à terre, mais aussi dans leur vie. C’est une collection de près de 3000 photos allant de 1900 à aujourd’hui qui en ligne dans l’album. 

De nombreux donateurs passionnés nous communiquent régulièrement leurs documents d’époque. Beaucoup d’années sont encore vides de photos, mais nous continuons à la remplir à l’aide des « fondus » de notre sport qui scannent leurs archives personnelles pour nous les envoyer (*). 

Nous enrichissons aussi chaque année, au fil des compétitions, l’album des photos tirées du site de la Fédération Française d’Aviron qui nous en a donné son aimablement autorisation.

(*) Vous pouvez nous communiquer vos photos scannées, y compris avec votre téléphone, à cette adresse : webmaster@rameurs-tricolores.fr. Il suffit de nous rappeler l’année, l’équipage et sa catégorie, et la compétition ou le lieu, avec de préférence l’auteur de la photographie. Le format idéal pour notre format est de 72 pixels/pouce avec 40 cm (environ 1100 pixels) en plus grande dimension.



L’utilisation du site www.rameurs-tricolores.fr est bien entendu le support pour vous fournir des informations, voire vous permettre d’adhérer ou faire un don à notre association.  

En 2017, nous avons suivi les évolutions technologiques pour nous appuyer sur le partenaire HelloAsso et proposer un service d’adhésion et de dons en ligne totalement sécurisé et gratuit (*). C’est plus de simplicité pour nos adhérents et donateurs et aussi pour la gestion de notre association.  

Et grâce à ce service, au delà des dons et des cotisations, nous pouvons mieux organiser et gérer le financement de nos actions, telles la réservation et le paiement en ligne de soirées festives, l’aide au financement d’opérations spécifiques comme cela a été réalisé en 2017 avec le projet d’album mémoire « Génération Mund ».

(*) Un « pourboire » est suggéré par HelloAsso pour se financer. Il n’est pas obligatoire. Il suffit pour cela de modifier l’option dans le formulaire en précisant ne pas régler le pourboire.

Quelques rappels sur notre site www.rameurs-tricolores.fr, et sur l’AIA

« Histoires vécues » raconte des histoires de nos championnes et champions, des témoignages de rameuses et rameurs qui nous racontent, non pas ce qu'ils ont gagné ou perdu, mais ce qu'ils ont vécu, comment ils ont mené de front entraînements et études, entraînements et travail, et puis ce qu'ils ont réussi à devenir après leur carrière...
Depuis 2005, la « Bourse pour ramer » nous a permis de verser une trentaine bourses d’un montant de 500 à 600 euros à de jeunes rameuses et rameurs en difficultés, leur permettant de continuer à pratiquer l’aviron, voire d’atteindre, pour quelques uns, le haut niveau.

Les « Gloires du Sport », le panthéon du sport français, furent créées (tous sports confondus) sur l’initiative de Monique BERLIOUX, par la fédération des Internationaux du Sport Français (FISF) et participent au devoir de mémoire national. Nos rameuses et rameurs, actuellement au nombre de 9, y ont largement leur place.


« Philosophie AIA » reprend nos diverses nos activités traditionnelles telles nos assemblées générales ainsi que « Nos Actions ». Cette sous-rubrique reflète les activités de l’association, le site Internet n’étant que la partie la plus visible de l’iceberg. Et celles-ci n’ont pas manqué pendant ces 10 années :
  • Poster « Les têtes et les jambes » qui rappelait que « 70% engagés au mondial 2006 avaient au moins un Bac+3 ».
  • Tee-shirt Match France-Angleterre cadets : chaque année, la mise à disposition de tee-shirts pour les 80 rameuses et rameurs cadets et leurs entraineurs qui ont représenté la France lors de ce match, et ceci jusqu’à ce que la FFA les en dote en plus de la combinaison.
  • Dotation de bidons-gourdes « haut de gamme et écolo » à tous les internationaux français (juniors, U23 et TC) aux couleurs de l’AIA. Cet accessoire  indispensable accompagne les athlètes à chaque entrainement.
  • Septembre 2015, l’AIA est un véritable lien entre les générations (dixit Medias Aviron) en profitant des mondiaux 2015 à Aiguebelette pour organiser une grande fête de retrouvailles des internationaux d’aviron, avec plus de 200 participants allant des JO 1948 aux rameuses et rameurs actuels.
  • 2017, réalisation d’un book photos souvenir pour Eberhard Mund, le directeur sportif qui a fait exploser les résultats internationaux de l’aviron français de la fin 1990 à 2002.
Pour la partie documentaire, la rubrique « La Dénage » archive notre revue périodique ainsi que la « Bibliothèque du rameur » qui propose des livres d’aviron, mais sans la limitation de périmètre liée à sur nos champions.


La rubrique « Actualités »  a évolué

Au lancement, nous avions choisi de couvrir l’actualité de notre association, enrichie de celle plus générale des équipes de France d’aviron d’hier et d’aujourd’hui, et surtout des hommes et des femmes qui les constituent. S’y sont ajoutés depuis quelques mois celles des arbitres internationaux et des cadres et entraîneurs des équipes de France qui font partie, selon nous, de la même histoire.
Ne souhaitant nous substituer aux médias ou à la FFA, l’orientation de nos articles tourne très peu sur les compétitions et leurs résultats mais plutôt sur les champions, leurs vies, leurs joies et leurs déboires, leur devenir.

Sauf exception, nous n’avons pas souhaité voir notre actualité se transformer en rubrique nécrologique de l’aviron français. Quand l’information nous est communiquée, nous la publions sur les réseaux sociaux. Par contre, un contenu documenté sur une personne décédée ayant marqué de notre histoire enrichira notre rubrique « Histoires vécues ».


Depuis 2005, chaque année, avec l’appui de la Fédération des Internationaux du Sport Français (FISF), nous avons remis une « Bourse pour ramer » à des jeunes sportifs en situation sociale ou économique difficile, les aidant à continuer à pratiquer notre discipline, voire atteindre le plus haut niveau, comme ce fut le cas pour plusieurs d’entre eux. 
Ce sont 3 ou 4 rameuses ou rameurs chaque année (sur 10 bourses FISF) produisant 33 bourses remises à partir d’un dossier transmis à l’AIA par leur club. 

Pour l’année 2017, la FISF a préféré d’interrompre son aide. Le comité directeur de l’AIA a décidé de continuer à financer cette bourse sur la base de ses fonds propres, ce qui fut le cas pour plusieurs dossiers cette année. Et ce fut possible grâce à vos cotisations et à de nombreux dons.

A plusieurs reprises, la remise de ce chèque a été parrainée par un athlète connu de notre équipe de France, complétant cette belle action par de beaux souvenirs.  Ce fut le cas, notamment en 2012 avec Adrien Hardy (champion olympique 2004) ou en 2014 avec Germain Chardin (vice-champion olympique 2012).


Remerciements

La réussite de notre site et de notre association tiennent essentiellement sur les bénévoles, les internationaux d'aviron, les cotisants et les donateurs, donateurs en fonds, mais aussi en contenus, en témoignages ou en photos. Notre réussite s'appuie sur toutes ces rameuses, ces barreuses, ces rameurs et ces barreurs, ces arbitres et ces cadres techniques qui ont fait l'histoire de l'aviron français et qui démontrent encore chaque jour la force que ce sport magnifique nous apporte dans la vie.

Témoignages de quelques bénéficiaires de la Bourse pour Ramer

publié le 5 juin 2017 à 07:30 par AIA Rameurs-Tricolores   [ mis à jour : 5 juin 2017 à 09:11 ]

Nous avons consulté les bénéficiaires de la Bourse pour Ramer depuis 2005. Un certain nombre parmi les 29 jeunes qui en ont bénéficié depuis 2005 ont accepté de nous répondre. Les questions posées étaient les suivantes :
  1. En quoi cette bourse t'a aidé ?
  2. Comment l'as-tu utilisé ?
  3. Quels sont les 3-5 meilleurs résultats que tu as obtenu ?
  4. Es-tu entré en équipe de France ? (si oui, préciser l'année la catégorie (match cadets, coupe de la jeunesse, Junior A, -23, sénior A, etc), le résultat et le bateau.)
  5. Pratiques-tu toujours l'aviron ?
  6. Si non, quel sport pratiques-tu ?
  7. En quoi l'aviron t'aide aujourd'hui dans ta vie d'adulte, au travail, dans ta vie personnelle... ?
  8. Quelles études suis-tu aujourd'hui ? (ou quel métier exerces-tu ?)
  9. Si tu devais donner un conseil à un jeune rameur, quel serait-il ?

2005 - Aurélien Corbier (SN Compiègne)

1. Cette bourse m'a apporté 2 choses :
a- Un financement me permettant d'acheter du matériel et me permettant de payer une partie de mes déplacements.
b- Elle m'a aussi donné une motivation supplémentaire à mon projet sportif car  l'AIA a cru à ce projet.
https://picasaweb.google.com/109153224870056939507/GalerieDePortraitsAIA#6428153261418838578
2. J'ai utilisé l'argent à l'achat d'un vélo pour la préparation estivale et elle m'a permis de payer une partie de mes déplacements pour les bateaux courts. Mon coéquipier étant à Grenoble.

3. Mes résultats se sont limités au niveau national avec notamment plusieurs titres de champion de France et plusieurs podium championnat de France, coupe de France et universitaire.

4. Non

5. Hormis une coupure ces 2 dernières années en raison de l'arrivée des mes 2 filles, je me suis mis au triathlon. Durant l'hiver, je refaisais des séances d'ergo pour le renforcement musculaire et la préparation cardio.

6. Le triathlon

https://picasaweb.google.com/109153224870056939507/GalerieDePortraitsAIA#6428153284773620162
7. L'aviron a surtout été une école de la vie. Je me rappelle même lors de mes entretiens d'embauche avoir défendu que l'aviron m'avait appris beaucoup plus que l'école d'ingénieur. J'ai appris ce qu'était un projet, une vision (objectif clair et mesurable, ambition, définition des facteurs clé de réussites - entrainement - stratégie cour, moyen et long terme,...) et que ce projet, aussi beau qu'il soit, ne sera rien sans les Hommes qui l'accomplissent. Je retiens de l'aviron surtout une belle histoire et aventure humaine qui nous a fait grandir.

8. Je suis aujourd'hui directeur technique chez Btwin.

9. Fais de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité (St Exupéry).

2006 - Eugénie Vince (SNOS Aviron)

1, 2. Sauf erreur de ma part, j'ai dû bénéficier de cette bourse en 2006... Cette bourse que j'ai eu donc seniore débutante m'a permis de m'acheter des équipements pour ramer (je ne sais plus quoi exactement malheureusement mais sans doute ma montre cardio/baskets/des vêtements techniques/…) mais ça m'a surtout fait plaisir de voir que j'étais "reconnue" comme un potentiel pour l'aviron suite à mon refus sur le pôle de Nantes.

3, 4. Je suis entrée en équipe de France en 2006/2007 (2xSFPL -23ans) (y compris les régates internationales et championnats de monde universitaire) et j'ai arrêté ma carrière en 2012 lors la régate de qualification en 2xSFPL. 
Mes meilleurs résultats :
   National : championne de France en 1xSFPL et 2xSFPL
   Internationale : 4ème en 2xSFPL aux championnats du monde -23ans, 14ème en 2xSFPL aux championnats du monde seniores.
 
5. Non je n’ai pas touché à une rame depuis la régate de qualification de 2012.

6. Je ne suis inscrite dans aucun club de sport je cours régulièrement et pratique d’autres sport de temps en temps (vélo/natation/badminton…) mais on ne peut pas dire que je sois restée une grande sportive !

https://picasaweb.google.com/109153224870056939507/GalerieDePortraitsAIA#6428153309843023042
7. L’aviron m’a appris beaucoup de choses, c’est une école de la vie en accéléré, comme je dis souvent ! J’ai appris à travailler en équipe pour atteindre un objectif, à être persévérante, à savoir travailler dur, à savoir rebondir après un échec… Cet état d’esprit et les qualités liées au haut niveau en aviron plaît beaucoup aux entreprises et je le remarque par rapport à d’autres.

8. Je suis responsable de projet à la SODEVAM à Metz, je développe des projets d’aménagement et de construction pour les collectivités.

9. L’aviron est un sport peu connu et reconnu mais c’est une famille et un état d’esprit,
    L’aviron demande de la rigueur à chaque coup de rame par tous les temps et tous les jours mais cela te forme et te servira tout au long de ta vie,
    Dans le haut niveau il y a des hauts mais aussi des bas, alors si t’arrives à rebondir tu n’en seras que plus fort,
    Le haut niveau en aviron n’est pas simple mais l’expérience vaut vraiment le coup d’être vécu !

2011 - Suzy Biollet (Aviron Grenoblois)

1. En 2011, connaissant mes difficultés financières, Alain Wache me propose de faire un dossier de bourse afin de remédier temporairement à ceux ci. Cette bourse plus qu’être une aide financière était pour moi une occasion de faire un geste symbolique envers le club pour le remercier de tout ce qu’il a fait pour moi. Elle m’a donc aidé sur plusieurs plans et bien au delà de son aspect financier. 

https://picasaweb.google.com/109153224870056939507/GalerieDePortraitsAIA#6428153326894910290
2. Je me souviens que la première chose que j’ai faite avec cette bourse a été de foncer à Décathlon avec mon entraineur pour acheter des baskets ! (les miennes étaient dans un sacré états… ) Un geste anodin mais qui reste symbolique pour moi (je les ai encore !)
Plus sérieusement, pour le reste de la bourse, ce n’ai jamais facile de parler d’argent surtout dans des situations délicates car on ne veut ni être pris par pitié, ni être pris pour profiteur, alors je ne sais pas exactement comment elle fut utilisée. Mais je sais qu’elle a servi à payer mes dettes envers le club et à payer de nouveaux frais (stage, compétition, licence…).  
La bourse n’est pas infinie, alors je me souviens qu’elle est malheureusement vite arrivée à son terme. 
Par la suite le club à toujours été là pour moi et m’a permis de continuer l’aviron alors même que ma situation financière a peu évolué et pour cela je les remercie de tout cœur. 

3. Il y a trois médailles que je n’oublierai pas car elles sont l’expression d’une belle histoire. 
Première année d’aviron, première photo finish, premier podium et première titre. C’était assez incroyable surtout qu’on était une belle équipe.
Ensuite il y a ma première expérience en tant que barreuse. J’apprenais pour cause de blessure que je ne pourrai pas faire les championnats de France et on m’a permis d’y participer par ce biais. Je barrais le 8 cadet et pour le coup la médaille d’argent que nous sommes allés chercher était inattendue mais la récompense de grands efforts !
Et pour finir, je dirai que la médaille de bronze obtenues en coupe de France avec le second 8 cadet de la ligue était un très beau résultat. 
Bref se sont 3 résultats peut être pas les meilleurs mais qui ont une histoire à raconter derrière et c’est ça leur singularité.

5. A l’heure d’aujourd’hui, je ne pratique plus l’aviron. Je me suis arrêtée en entrant à la faculté de droit. La charge de travail est conséquente et je n’arrivais pas à concilier aviron et cours. Cependant, ce n’est pas pour autant que je n’ai plus remis le pied sur un bateau. A plusieurs reprise il m’est arrivé de remplacer une rameuse à l’entrainement quand elles préparent les bateaux longs; et c’était un vrai plaisir de me retrouver sur l’eau avec elles, je les remercie pour ça. Évidement je n’ai plus les mêmes capacités physiques qu’avant alors elles m’appelaient pour les entrainements B1 et c’était déjà assez intense pour moi !  J’espère pouvoir en refaire un jour car c’est vrai que ça me manque… 

6. Après l’aviron, je n’ai jamais eu le temps de me remettre à un sport réellement sinon je ne me serai pas arrêté ! En conséquent, je ne me consacre pas à un sport spécialement mais à plusieurs selon les périodes de l’année. Ça va de la redonnée pédestre ou du ski au vélo en passant l’escalade. Globalement des sports de nature.

https://picasaweb.google.com/109153224870056939507/GalerieDePortraitsAIA#6428153339728333506
7. L’aviron m’aide tous les jours c’est une certitude. Par exemple dans ma gestion du stress ou dans le fait de se consacrer à une seule chose avec détermination pour obtenir un résultat à l’image des entrainements en préparations de championnats. C’est aussi un sport qui m’a permis d’accepter les personnes avec qui ont est amené à travailler/collaborer en mettant de coté nos rancunes. C’est un peu « on est dans le même bateau » alors on met nos soucis de coté et focus. 
Un autre point important que m’a appris ce sport c’est l’esprit d’équipe et ce coté groupe. 
Bref, autant de choses qui nous aident.

8. Aujourd’hui je suis en 3ième année de droit. Si tout se passe bien, en septembre je devrais commencer un Master de droit international, une première année en Espagne à Grenade. 

9. Si je devais donner un conseil, ce serait celui de ne pas s’arrêter au premier échec mais au contraire de persévérer et de s’en servir pour mieux parvenir à dépasser la difficulté. 

2013 - Carolyne Boyenval (CN Dieppe)

1. Cette bourse m'a permis de continuer l'aviron. 

2. Avec celle-ci, j'ai payé une partie de ma licence et acheté du matériel pour ramer, comme des vêtements chaud pour l'hiver, et réglé quelque déplacements en compétition. 

3. Quels sont 3-5 meilleurs résultats que tu as obtenu ? 
    • - 5ème à l'indoor de Paris en junior 2015 
    • - 5ème en 2x au championnat de France senior bateaux longs 2015 
    • - 1ère en 2x au championnat de France junior bateaux longs en 2015 
4. Non, je n'ai pas intégré l'équipe de France mais j'ai pu intégrer le pôle espoir de Normandie en 2015-2016 

5. Oui je pratique toujours l'aviron, suite à une blessure au dos l'an dernier j'ai du faire une pause, mais je reprend depuis début janvier les entraînements réguliers même si avec mes études j'ai un peu moins de temps pour.  Je prépare actuellement les championnats de France Universitaires. 

7. Le fait de m'être entraînée rigoureusement durant mes années de junior m'a permis de transférer cette rigueur dans mon travail universitaire. En effet cela m'a permis d'avoir une certaine autonomie et une maturité qui, arrivée à l'université, est très utile puisque dans ce milieu, nous ne sommes pas encadré par des professeurs tout à long de l'année. C'est un travail personnel qui est demandé. C'est donc à nous de nous donner les moyens de réussir tout comme dans le sport. Personne n'est là pour nous tenir la main à l'entraînement. Tout est une question de volonté. 

8. Je suis actuellement en Licence 1 d'administration économique et sociale à l'université de Rennes 2. 

9. Je lui dirais de persévérer car tout ne dépend que de sa volonté. 

2014 - Sandy Weber (US Toul)

https://picasaweb.google.com/109153224870056939507/GalerieDePortraitsAIA#6428153360193660498
1.
  Cette bourse a été une aide précieuse pour le financement de ma saison sportive, sans lequel je n'aurais pu continuer ma passion.

2. La bourse a été versée au club qui m'a ensuite déduit tout les frais de ma saison. J'ai pris ma licence ainsi qu'une nouvelle combinaison de mon club, puis chacun des frais de compétition ont été déduit au fil de la saison. Au final je n'ai rien eu à débourser de ma poche, ou plutôt de celle de mes parents, car la bourse à couvert ma saison en totalité avec un supplément combinaison.

3. Juste après l'obtention de cette bourse, je me classe 4ème des championnats de France Bateaux courts et me qualifie pour l'équipe de France junior B.
    A la coupe de la jeunesse nous ferons 1ières.
    L'année d'après je remporte la finale B des bateaux courts en seniore 1.
    En seniore 2 je participe aux Jeux Européens Universitaires avec l'université de Lorraine en 4- est nous remportons la 2ième place.
    Dans mes meilleurs résultats je mettrais également mes records aux tests ergo que j'ai battu tout les ans et cette année je me place dans les 20 meilleures françaises toutes catégories confondues du classement.

https://picasaweb.google.com/109153224870056939507/GalerieDePortraitsAIA#6428153346297961634
5. Je suis rentrée en équipe de France en 2014, en juniore 2, pour disputer la coupe de la jeunesse en huit et en 2-, nous faisons respectivement 1ières et 6ièmes.
Cette année je suis en seniore 3 et j'ai été convoquée sur les stages nationaux en tant que seniore -23.

6. Je pratique toujours l'aviron, plus que jamais comme je souhaite intégrer l'équipe -23.
 
7. L'aviron m'aide dans mes études qui demandent des connaissances sur l’activité physique. L'aviron m'a aussi permis d'ouvrir des portes professionnellement, du moins il a ouvert mon horizon de connaissances qui seront précieuses lors de démarches pour des stages professionnels.

8. Je suis en 2ième année de STAPS pour valider une licence Activités Physiques Adaptées.

9. Mon conseil serait de ne pas négliger le skiff, si il est comme moi et qu'il voit l'aviron comme un sport collectif de partage avant tout, il ne faut pas oublier que le skiff est la base de l'aviron et que c'est dans cette embarcation qu'on devient meilleur individuellement, pour ensuite rendre meilleur un collectif.

 
Aviron | Les Lorrains se font de l’argent en Croatie

Nancy. Ils avaient un peu ramé pour réunir les fonds nécessaires à leur déplacement en Croatie. Mais l’investissement s’est révélé payant pour les ...






2015 - Lucille Morel (SN Amiens)

1, 2. Cette bourse m'a aidé à financer les différentes dépenses liées à l'aviron (licence, stages, déplacement, compétitions...).
 
3. 5ième de la finale B en 2- (bateaux long) ; 1ière de la tête de rivière de Pinchefalise ; 3ième en finale C en 2- (bateaux court).

4. Non.

5. Oui, cela fait maintenant 6 ans que je pratique uniquement l’aviron avec passion.

7. L’aviron m’a permis de mûrir, d’acquérir en autonomie, et à apprendre le dépassement de soi. Je trouve que l’aviron amène à un bon équilibre de vie, malgré quelques périodes difficiles à la maintenance de cet équilibre entre les études et l’aviron.

8. Je suis actuellement en Terminale ST2S (Science et technologie de la santé et du social) je prépare donc le baccalauréat cette année, par la suite je souhaite poursuivre mes études pour devenir éducatrice de jeunes enfants.

9. De se surpasser, de toujours prendre plaisir à ramer, et de garder en mémoire les leçons de vie que l’aviron nous offre.





Adhésions et dons en ligne sur rameurs-tricolores.fr, cela fonctionne

publié le 15 déc. 2016 à 01:53 par AIA Rameurs-Tricolores   [ mis à jour : 15 déc. 2016 à 01:53 ]

L'AIA se modernise en mettant en service une solution de paiement en ligne des adhésions et des dons. Pour cela nous avons choisi la plateforme 100% sécurisée de Helloasso qui permet d'effectuer des règlements par Carte Bleue, Carte Visa et MasterCard.


Les paiements par chèque restent toujours possibles en retournant à notre adresse notre formulaire accompagné d'un chèque à l'ordre de "Association des Internationaux d'Aviron".

Venez nous rejoindre et adhérez à l'AIA ou bien faites un don qui nous permettra de continuer nos actions à destination des rameuses et les rameurs.



1-6 of 6