Accueil‎ > ‎Histoires vécues‎ > ‎

Denis Masseglia - Président du CNOSF

publié le 22 août 2010 à 12:18 par AIA Rameurs-Tricolores   [ mis à jour : 12 déc. 2010 à 08:47 ]
Membre de L'AIA
 
 
Propos fictifs sur faits réels, recueillis par notre envoyé spécial au Café de la Marine sur le vieux port de Marseille, avec la complicité de M. Pagnol.

AIA ; Monsieur César, vous qui êtes un symbole de Marseille, connaissez-vous Denis Masseglia, le nouveau président du CNOSF ?

CESAR ; Si je le  connais ? Peuchère, je le connais depuis qu’il était pitchoun  jusqu'à aujourd’hui où, de son cabanon à Ensues la Redonne, il a la réputation d’être le meilleur pescadou d’oursins de la cote.


AIA ; Pouvez-vous nous parler de lui ?

CESAR ; C’est une belle histoire bâtie sur des défis successifs.
 

 Le premier défi, il faut, peut être, le chercher dans une injustice. Son père, un gaillard, (88 ans aujourd’hui), voulait, dans sa jeunesse, pratiquer l’aviron, mais il en fut interdit car, à l’époque, son métier de pécheur professionnel n’était pas autorisé dans le sport amateur. Est-ce cela, le fait générateur, qui amena notre Denis vers le C.A. Marseille à l’Estaque ?

 

Un autre défi le poussa à suivre des études de très haut niveau (agrégé de sciences physiques) parallèlement à une très belle carrière sportive, (champion de France et international). A ce propos ce fada de Denis a refusé une sélection nationale uniquement parce que son coéquipier habituel n’avait pas été retenu. L’amitié n’est pas un vain mot pour Denis.   

Son plus terrible défi, ce fut, quand son minot est parti dans un autre monde. Il transforma sa grande  douleur en une farouche volonté de se battre en tout domaine.

Comme dirigeant de votre sport, c’est lors d’une galéjade surréaliste qu’il conquit la palme d’or au festival de Cannes-Mandelieu, devenant ainsi Président de la FFSA.
On sait ce qu’il advint, avec une équipe fidèle et le savoir faire d’un dénommé Eberhard, un estranger, l’aviron français a pris place au sein des grandes nations de la discipline.

Pour nous marseillais, nous sommes fiers de Denis, et pourtant il a une tare difficile à admettre sur la canebière, il n’a jamais bu une goutte de pastis !!

AIA ; Et cette élection à la Présidence du CNSOF, l’avez-vous suivie ?

CESAR ; Ce fut une belle aventure, au cours de laquelle Denis a entrepris un réel travail de terrain, appuyé par une excellente connaissance des dossiers.
Au départ, il y a plus d’un an, ils étaient « 2 ou 3, et par un bon renfort ils étaient près de 500 en arrivant au score !! »
Il fit basculer les pronostics lors de l’oral des 4 candidats, au cours duquel  il présenta un exposé clair, documenté et dégageant une réelle volonté de réussir.
Vint ensuite l’élection, le succès et l’acclamation émouvante mais toujours maîtrisée. 

AIA ; Que va-t-il se passer à présent ?

CESAR ; Je pense que ceux qui considèrent Denis comme l’homme de la continuité vont rapidement déchanter. Il a une connaissance parfaite du mouvement sportif et des enjeux auxquels le sport français doit faire face aujourd’hui, et je peux vous dire qu’il a déjà des solutions. Il a constitué son équipe et il est déjà dans l’action. Le sport français va bouger.

AIA ; Que voulez-vous lui dire ?

CESAR ; Qu’il continue de baser son action sur ses vraies valeurs. Qu’il revienne régulièrement se ressourcer auprès de ceux qui sont gardiens de cette éthique :
Sa famille bien évidemment et en tout premier lieu, Maryse son épouse.
Ses amis de toujours.
Et cette famille de passion que l’on appelle l’aviron français. Cette famille qui sait toujours se rassembler dans les grands moments, et non seulement aux enterrements, et qui a été un soutien tout au long de cette campagne.

Qu’il continue à agir en homme de pensée, et penser en homme d’action !

Daniel Forget pour l’AIA

Note :

L'annonce de l'élection de Denis sur le site de la FISA : Denis Masseglia est le troisième membre du Conseil de la FISA qui soit Président de Comité National Olympique de son pays : John Coates en Australie et Eduardo Palomo au Salvadore sont les deux autres.Un certain nombre d'autres anciens rameurs sont présidents de leurs comités nationaux olympiques respectifs.  - Mike Stanley, champion du monde ancien et le rameur olympique, est devenu président du Comité olympique de la Nouvelle-Zélande plus tôt cette année, - Colin Moynihan, médaillée olympique, a été élu président du Comité olympique britannique en 2007.Plusieurs rameurs sont vice-présidents de leur CNO, y compris Algirdas Raslanas de Lituanie, Ryszard Stadniuk de la Pologne, Jiri Kejval de la République Tchèque, Tricia Smith du Canada et Svetla Otzetova de la Bulgarie. Khaled Zein El Din est le Secrétaire général du Comité National Olympique Egyptien.



Transmis par Daniel Forget Actif Lundi 01 Juin 2009 - 16:20
Comments