Accueil‎ > ‎Histoires vécues‎ > ‎

Un premier moment de liberté - Christine Gossé

publié le 18 juin 2012 à 11:15 par AIA Rameurs-Tricolores   [ mis à jour : 22 oct. 2012 à 04:42 ]
Article tiré du n° 670 du magazine "Ramer" (F.F.S.A)

« J’étais benjamine. Ce devait être en 1976. Dans mon petit club du C.N. Haute-Moselle à Pont-Saint-Vincent, je ramais avec les garçons car il n’y avait pas de filles de mon âge. Un jour, je vois au tableau « Régate à Saint-Michel ». J’en parle à mes parents. Ils rigolent et me disent : c’est Saint-Mihiel. Je ne connaissais pas cette commune et n’avait pas idée de ce qu’était une régate. Je faisais de l’aviron pour me marrer et parce que j’aimais l’eau.

Les dirigeants m’ont demandé si je voulais en être. Je n’étais pas du tout préparée, mais je me débrouillais pas mal. On est partis dans une 504, vitesses au volant. J’ai ramé en skiff, sur 750 mètres je crois, et gagné largement. Je me souviens du plaisir de monter dans un bateau sur la Meuse, de s’aligner contre d’autres filles et d’y aller. On m’a remis une médaille ronde avec un rameur incrusté dessus. J’étais mordue.

J’avais aimé l’ensemble de la journée. On avait pique-niqué. Au retour, on s’était tous arrêtés dans un café. J’avais bu un Orangina, joué au baby. C’était un rituel quand on se déplaçait. On se retrouvait tous âges confondus pour discuter de la régate et partager de bons moments. Pour la gamine que j’étais, c’était un premier moment de liberté, une première journée seule, sans les parents, qui s’était passée comme une fleur. J’ai tout de suite enchaîné. »
 
Merci à la FFSA (Yannick, Vanessa) pour nous avoir transmis ces textes et images publiés dans la revue "Rramez n°670"

Christine Gossé
• Née le 26 octobre 1964
• 3e aux J.O. d’Atlanta 1996 (deux de pointe)
• Entraîneur National